Sa Vie

Né le 10 mai 1915 à Rebstein, canton de St-Gall, d’un père inconnu et d’une mère sourde et muette, Walter Mafli est élevé par sa grand-mère maternelle jusqu’à l’âge de 6 ans, puis il est placé à l’orphelinat jusqu’en 1931.

Il entreprend ensuite un apprentissage de poêlier-fumiste qui, avec l’arrivée du chauffage central, se termine en qualité de carreleur. Il obtient son certificat le 9 mai 1934. Atteint de la scarlatine, il est hospitalisé plusieurs semaines. Son employeur le remplace. N’ayant plus d’emploi, Mafli décide alors de quitter la Suisse allemande : « J’en avais marre ! ».

Il prend son vélo et roule jusqu’à Pieterlen (Perle près de Bienne) chez une tante. Après quelques jours, il poursuit sa route en direction de Neuchâtel où il arrive en mars 1935 et trouve rapidement du travail en qualité de carreleur.

Tout son temps libre est consacré au dessin et à la peinture. Il passe des week-ends au Musée de Neuchâtel pour copier les tableaux exposés, il suit les cours de dessin chez Egidio Delfo Galli (1895-1981), maître de dessin, qui lui enseignera la maîtrise des techniques académiques et il côtoie d’autres peintres, tels que François Emile Barraud, Octave Matthey, Charles L’Eplattenier ou encore Max Theynet (1875-1949) qui lui a beaucoup appris sur le plan technique et qu’il considère comme l’un de ses maîtres, «un impressionniste extraordinaire » qui « m’a donné toute la nervure dans ma peinture ».

En 1944-1945, entre divers séjours à l’armée et à Paris où il peint avec frénésie, il vient fréquemment à Lutry terminer certains travaux dans la maison d’un de ses amis. Les vignobles de Lavaux et les rives du lac l’inspirent et, en 1946, il prend définitivement domicile et femme à Corsy situé au-dessus de Lutry.

Depuis 1943, chaque année, Mafli expose individuellement ou collectivement dans différentes galeries de Suisse romande, quelques expositions sont organisées en Suisse allemande et à l’étranger, mais sa timidité le fait fuir les mondanités.

Jusqu’au début des années 1970, Mafli vit modestement de son art. Grâce au vélo – à 60 ans il traverse la Californie à bicyclette et pour ses 80 ans il s’offre un tour de la Sardaigne sur le même engin – il fait la connaissance du grand cuisinier Frédy Girardet qui, séduit par sa peinture, couvre les murs de son restaurant à Crissier de tableaux de Mafli. Et ce fut le début de la renommée du peintre. Depuis lors, son succès auprès d’un large public ira en grandissant et aujourd’hui encore les amateurs sont de plus en plus nombreux.

Léman ouvert sur les montagnes_huile

Walter Mafli | Léman ouverture sur les montagnes – Huile, 81 x 130 cm. © Walter Mafli. Tous droits réservés.

Quelques dates importantes

1915
Walter Mafli est né le 10 mai 1915 à Rebstein, canton de St- Gall, où il est élevé par sa grand-mère maternelle jusqu’à l’âge de six ans.

1921-1930
Placé dans l’orphelinat de Balgach, situé à 2 km de Rebstein, il suit l’école primaire dans le cadre de cette institution.

1928-1930
Tout en demeurant à l’orphelinat, il se rend à vélo à l’école secondaire de Berneck, située à environ 4 km de Balgach,

1931-1934
Il commence un apprentissage de poélier-fumiste; puis avec l’arrivée du chauffage central, son patron, E. Lips à Oberrieden près de Zurich, lui fait terminer son apprentissage en qualité de carreleur. Il obtient son certificat le 9 mai 1934.

Fin 1934
Atteint de Ia scarlatine, il est hospitalisé plusieurs semaines. son employeur le remplace, n’ayant plus de travail pour lui. Il décide alors de quitter la Suisse allemande: «j’en avais marre!». Il prend son vélo et roule jusqu’à Pieterlen (Perle près de Bienne) chez une tante.

Après quelques jours, il poursuit sa route en direction de Neuchâtel pour trouver du travail. Il dort sur le chantier de construction de la nouvelle gare.

1935
Il arrive à Neuchâtel dans le courant mars. il rencontre une équipe de carreleurs qui lui trouve un emploi chez V. Bianchi. il fête seul son vingtième anniversaire_.

1935
Il effectue son école de recrues à Winterthur du 9 septembre au 14 novembre dans une compagnie de cyclistes.

1936
Il prend des cours de dessin chez Egidio Delfo Galli (1895 – 1981), maître de dessin à Neuchâtel. Mafli fait connaissance de Jean-Pierre Doxat qui prenait aussi des cours chez Galli et rencontre d’autres peintres, tels que François Emile Barraud (1899 -1934) et ses frères, tous peintres, Charles (1897-1997), Aimé (1902-1954) et Aurèle (1903-1969) ou encore Octave Matthey (1888-1969).

1937-1941
Premier mariage à Zurich. Il avait fait connaissance de sa future épouse lorsqu’il était en apprentissage.

1938-1941
Durant cette 1.)(4-iode, il travaille pour plusieurs entreprises de carrelage V. Bianchi et Viéna SA, à Neuchâtel, chez Clément Bellinot à Bienne, puis à Zoug, etc.

1939-1945
Durant la MOB (abréviation de la mobilisation générale en Suisse durant la guerre de 1939 – 45) Mafli sert à l’armée pendant 623 jours.

1941
Le 6 juillet, il obtient le Test-Ausweiss de moniteur de ski à Adelboden.

1941-1942
Séjourne plusieurs mois dans la famille Tschappat à Tramelan.

1944
Jean-Pierre Doxat, avec son frère Gilbert, ayant fait construire un chalet à Lutry (Chemin des Marionnettes No 96), propose à Mafli d’y habiter et d’y terminer certains travaux, ce qu’il accepte. Mais il retourne fréquemment peindre dans le Jura et à Neuchâtel.

1945-1946
Doxat vendeur de savon industriel et disposant d’un bureau sur les Champs-Élysées, l’invite à séjourner chez lui à Paris pendant quelques mois.

1946
Sa domiciliation à Lutry, venant de Neuchâtel, est enregistrée officiellement le 9 octobre. 1 mois plus tard, à Belmont, il épouse Berthe Marie Aguet, née le 21 mai 1924. De cette union naît Yves le 10 octobre 1949.

1958
Il voyage en Suède et au Danemark, en Afrique du Nord, en particulier au Maroc en 1965, au Canada et aux USA en 1967, etc.

1959
Le 26 mail, il obtient la bourgeoisie de la commune de Lutry

1973
Début de l’exposition permanente de toiles clans le restaurant de Freddy Girardet à Crissier.

1974
A 59 ans, il traverse la Californie à vélo avec une équipe de copains.

1995
Pour ses 80 ans, il s’offre un tour de la Sardaigne à vélo.

2000
Décès de Betty le 27 août.

2008
La bourgeoisie d’honneur de la Commune de Lutry lui est décernée le 5 mai.